Delicious Cambodia – tarantulas and scorpions!?!? and other foods…

! WARNING – sensitive people do not look at some of the graphic images below ! go directly to nice list at the end. Attention âmes sensibles ignorez les 5 premières photos et zappez à la liste de la fin ! All through our trip, in all the countries we have visited, we have seen street vendors selling fried locusts and crickets and praying mantis and even dried frogs, but we had never been brave (insane?!) enough to try them. On a back street near the night market in Siam Reap is hidden a small place called Bugs Cafe (https://www.facebook.com/bugscafesr). It is run by French people aiming to demonstrate what an excellent food source invertebrates are: clean, healthy, protein-rich and far more sustainable than livestock. They serve a special kind of food we had been wanting to try during our time in Cambodia – the infamous tarantulas! DSCN5786sm DSCN5800sm To start with, we needed to settle our nerves. JJ took a shot of scorpion vodka (deliciously spicy with chilli and lime) and Lydie took a pineapple margarita that came with a bonus deep fried tarantula. Our meal consisted of a tasting platter for 14 USD – this contained the following: Flying ant brioche with pesto Flying ant spring rolls Tarantula donut Barbequed skewer of tarantula, scorpion, water bug Salad with silk worms and crickets DSCN5799sm DSCN5809sm DSCN5812sm The taste was really rather surprising. Here’s our review: Flying ant brioche and spring rolls – nice but we could not taste the ants Tarantula donut – chewy and meaty, pretty nice Scorpion – very crunchy, imagine chewing through the shell of a prawn by accident Water beetle – meaty and nice Tarantula (on skewer) – again meaty and nice. Could see, but not feel in the mouth, the hairy legs! Silk worms – strange feel in the mouth – the bodies were largely empty, but tasted good Crickets – a bit chewy but fine Unlike our fears, we did not feel anything exploding in our mouths! There was nothing gooey or horrible. The bugs tasted meaty, a bit like a combination between crab and chicken. All in all, this was an interesting experience for us and we would recommend anyone else giving it a go if you get the chance. Following are other new foods we have tried on our trip: 1) Mango and sticky rice with coconut milk – we are day dreaming about it! Mangue, riz gluant et lait de coco – on en rêve éveillés DSCN6456sm 2) Purple tapioca – cooked on the grill, really tasty and looks cool ! Tapioca violet – cuit à la braise, un régal pour la bouche et les yeux ! DSCN0421sm Lydie purple yam 3) Snake blood vodka (with still beating snake heart inside) – no comment Vodka au sang de serpent (avec coeur palpitant dedans) – se passe de commentaire DSCN3495sm 4) Snake sausages (in betel leaf) – meaty Saucisse de serpent (enroulées dans une feuille de betel) – pour les amateurs de feuilles de vigne 😉 DSCN3516sm 5) Tamarind – flesh and taste close to prune but with a hint of sour – yummy! Tamarin – consistance et gout qui rapelle le pruneau mais en plus acidulé – miam ! DSCN4239sm 6) Black chestnuts (water caltrop AKA black horns!) – very hard shell and taste just like chestnut Chataigne noir/ cornes du diable – coquille très dure, même goût que la chataigne DSCN4267sm DSCN4326sm 7) Knuckle bones in noodle soup – not very lady-like Soupe aux articulations (entières) – pas très élégant à manger DSCN4281sm 8) Rice porridge – surprisingly tasty (coriandre, pepper, ginger and dried onions in general) Soupe de riz -parfumé (coriandre, poivre, gingembre et oignons séchés en général) DSCN4313sm 9) Star fruit – hand-picked ! nicely sour and juicy Carambole – cueuillit à la main! agréablement acidulé et juteux DSCN1245sm And the ones we didn’t try! Et ceux que nous n’avons pas essayé 1) Crispy dried frogs Grenouilles séchées DSCN1202sm 2) Pigs head surprise Farandole de têtes de porcs DSCN6280sm

Les insects sont nos amis, il faut les aimer aussi!

Tout au long de notre voyage, dans chaque pays traversé, nous avons vu des étals proposer larves, criquets, et autres grenouilles séchées, mais nous n’avons jamais été assez courageux (fous) pour goûter. Dans une petite allée derière le marché de nuit à Siem Reap se trouve le Bugs Café (https://www.facebook.com/bugscafesr). Il est tenu par des Français qui veulent démontrer que les insectes sont une excellente source de nouriture : propres, sains, riche en protéines et plus “vert” que l’élevage de troupeaux. Ils servent notament une specialité Cambodgienne : “l’infameuse” tarantule !

Pour commencer, nous avions besoin d’un remontant! JJ chosit un shot de vodka au scorpion (délicieusement assaisoné au piment et citron) et Lydie prit une Margarita à l’ananas qui est servie avec une tarentule frite en bonus! Notre repas fut l’assiette dégustation qui contient les mets suivants : Brioche aux fourmies volantes et pesto Nems aux fourmies Beignet de tarentule Brochette tarentule, scorpion, nèpe (Ca Cuong) Salade Wok aux vers à soie et criquets

Les goûts furent assez surprenant. Voici notre critique : Brioche et nems aux fourmies, bons mais on ne sent pas de “goût fourmie” Beignet de tarentule, moelleux et charnue, plutot sympa Tarentule en brochette, tout aussi moelleux et charnue. On pouvait voir les poils aux pattes mais on ne les sent pas dans la bouche 😉 Scorpion, très croquant, comme manger une crevette avec sa carapace Nèpe (sorte de grosse blate), encore une fois charnue et un peu croustillant Vers à soie, consistance un peu chewinggum avec un pti goût salé agréable Criquets, croquants de plus l’assaisonement des différent plats était vraiment fin et très parfumé. Contrairement aux idées reçues, il n’y a pas eu d’explosion de liquide quand on croque ! Rien de gluant ou dégoutant. La chair de ces insectes pourrai etre decrite comme à mi-chemin entre la crevette et le poulet. Dans l’ensemble une expérience très intéressante et nous recomandons d’essayer si vous en avaez l’oportunité ! Suit une liste d’autres nouveaux aliments que nous avons essayer sur la route…

Advertisements
Posted in Uncategorized | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments

Phnom Penh to Kampung Cham, both faces of today’s Cambodia

post traduit en français à la fin

Entering Cambodia…
Crossing the border from Vietnam to Cambodia was quite an adventure ! Coming from Cai Bé in the Vietnamese Mekong delta and following the Mekong up on its left side, it seemed logical for us to aim at the terrestrial border crossing with Cambodia at Thuing Phuoc. However, arriving there an English-speaking customs officer explained to us that although we were cleared to leave Vietnam, there would be no one to issue us a Cambodian visa on the other side… But not to worry, just across the river we would find Vinh Xuong/Cham Samnor where it would be no problem (pointing in the distance were we could quite see some buildings). Cycling back a few kilometers to hop on a ferry, we were once again the victims of a mesmerizing act of kindness! A girl rides along on her scooter and hands us a bag, before we can understand what’s going on she takes off. The contents of the bag: several post-cards featuring Vietnam’s landmarks, a few stamps, 36,000 Dong (~ 2 $) and a note “Welcome to Vietnam”. What an incredible farewell to our amazing stay in Vietnam! All smiley we loaded the bike on the local ferry, used the generous donation to pay the fee and crossed along with all the local people, staring at the two crazy fools on a strange bike. We eventually found our way through the market onto the main road which involved some tandem-pushing up a sandpit with the help of amused locals. Arriving at the border, the officer explains that we need our passports stamped to exit Vietnam… well that what we’re here for… Finally we understand: this border crossing is mostly used by the boats going up and down the Mekong (cruises) so the office has been installed on a floating deck 500m down the road to conveniently unload/reload tourists (actually this place was featured in the recent BBC program on the Mekong featuring Sue Perkins). And they didn’t double it with an inland office. So on the water we go again and come back with nicely stamped passports to cross towards Cambodia! There, the chief officer receives us sitting outside having his meal wearing a wife-beater vest, and in a perfect English explains that it’s the same deal: no paper work here, we’ve got to go to the main office, a few km down the road (where the Pier is) and his “guy” is going to escort us. A 16 years old boy hops on a scooter and wave for us to follow him. After several km down the dirt road, crossing someones plantation in the midst of a small wood avoiding the cattle, we make it to Cham Samnor “town” and the customs office where the cruising tourists are lined-up. When requesting a Cambodian visa, we are directed to a window-less room by a man holding a briefcase… very courteously he issues our visas and we do not blink when he asks for 30$ when we perfectly know it is supposed to be 25$… After all that, it’s now 5pm and we are wondering where we will sleep as it looks so remote around here. That’s when he breaks the news: no guesthouse until Phnom Penh, 100km from here ! Our only option is this Casino/Hotel we passed right by the border… That’s the story of how we spent Valentine’s day 2015 at a ghost Casino, eating egg-sandwiches bought out of a bike stall and opening our first Cambodia Lager!
DSCN4291sm DSCN4294sm DSCN4304sm

Phnom Penh, fast developing capital with an heavy history
The one day ride up to Phnom Penh was nice and easy. The only issue was getting sore from the constant waving back at every single person : we hadn’t heard so many “hellos” since we left Laos! The rural landscapes progressively blended into the city and we arrived in downtown Phnom Penh where we stayed for 4-5 days. The city is enjoyable and active not in an overwhelming kind of way and one can immediately notice the machine of progress en route with the fast pace of constructions, multinational investors presence and urbanism development plans going on. The whole Diamond island is a real estate project risen from the ground. Of course this is done at the detriment of the poorest who are relocated (expropriated) and whose slums neighbor the fancy buildings. A city of contrast with the street kids crossing the way of business men in big cars. Phnom Penh is welcoming for tourists with numerous museums, temples, markets and roof-top bars. We particularly enjoyed the National museum’s statue collection and the riverside of the Mekong where locals gather at sundown.
The highlight of our stay was the opportunity to learn more about the Khmer Rouge and Pol Pot regime by visiting Choeung Ek Killing Fields and the S-21 prison. Eye-opening, heart-breaking, and very informative. The Choeung Ek site is basically an open field pretty much untouched beside the stupa memorial in the center. The audioguide is tastefully done and gives you just enough information and time to capture the horror of the events which took place here and elsewhere in Cambodia. The S-21 prison which is an high-school repurposed as a torture camp, shows the very systematic procedure used by the Khmer Rouge and some recent photo exhibition with testimonials from the subjects offering some insight into the actual current thoughts and situation of protagonists of the events. It’s no fun but we highly recommend it to anyone visiting Cambodia. We also watch The Killing Fields movie beforehand and it was useful in our understanding.
On a lighter note, it was Têt, Chinese new year, during our stay there and many Cambodians celebrated it. We woke up to dragon dances outside our window at 6 in the morning and a whole roasted pig in the guesthouse’s lobby ! We also took the opportunity to do our good deed by donating blood to the local hospital – and we got awesome souvenir T-shirts out of it!
DSCN4450sm DSCN4453sm  DSCN4526smFSCN4413sm
DSCN4509sm
Kampung Cham, rural and easy going province capital
Our next step was Siem Reap for Angkor Wat’s temples and we decided (thanks to Raph’s great advice) to get there through Kampung Cham, following the Mekong rather than the highway. The rocky roads through villages and rice paddies were quite hard on the tandem but the scenery was worth it and again the people were so warm and smiley everywhere we passed!
Kampung Cham was a very nice surprise and we end-up staying 4 days enjoying the simple city instead of the initially planed one-night layover. Much needed rest and catching up on administrative BS, riding around to discover the peaceful countryside and eventually visiting a surprising temple (Nokor Bachey) where old Angkor-style Khmer structures fuse with the new religious constructions.
Kampung Cham is also famous for a huge bamboo bridge crossing the Mekong to an island on the other side. This is about 900 m long and gets washed away every year during the monsoon. It is spectacular and terrifying in equal amount. We crossed it with the tandem, sharing it with walkers, scooter and cars. The bamboo creaks when the bike goes over it, and positively buckles when cars go over. It felt like riding on a mattress – when other vehicles came the whole thing bucked and moved like a river or water bed!!
We felt a complete contrast with modern Phnom Penh: very rural and mainly focused on agriculture, Kampung Cham is populated by villagers wearing the Krama and other traditional outfits. Also life there is much cheaper and quiet! By the way, the Krama is quite a magical piece of cloth: it can be used as a hat or a face mask to protect yourself from sun and dust, it can be a skirt or trousers and we’ve also seen it used to carry babies or goods…
DSCN4558sm DSCN4655sm DSCN4715sm DSCN4784sm nokor bacheysm
Ok, time to get back on the road : next destination Angkor Wat !

Par ici les Froggy

Entrée au Cambodge …
Traverser la frontière du Vietnam au Cambodge fut toute une aventure! Venant de Cai Bé dans le delta du Mékong et remontant le fleuve sur la rive gauche, il semblait logique de viser la frontière terrestre avec le Cambodge à Thuing Phuoc. Cependant, une fois sur place, un agent des douanes vietnamiennes nous explique que bien que nous ayons l’autorisation de quitter le Vietnam, il n’y a personne pour nous délivrer un visa cambodgien de l’autre côté … Mais ne vous inquiétez pas, juste de l’autre coté de la rivière, se trouve le post de Vinh Xuong / Cham Samnor où ce ne sera pas un problème (pointant au loin où nous appercevons des bâtiments). On rebrousse chemin de quelques kilomètres pour attraper un bac qui fait la traversée et nous sommes une fois de plus les victimes d’un acte de générosité surprenant! Une jeune fille arrive à notre hauteur sur son scooter et nous tend un sac, avant que nous puissions comprendre ce qui se passe, elle prend son envol. Le contenu du sac: plusieurs cartes postales du Vietnam, quelques timbres, 36000 Dong (~ 2 $) et un mot “Bienvenue au Vietnam”. Quelle incroyable cloture à notre séjour au Vietnam! Tous sourire nous embarquons le vélo sur le bac local, utilisant le don généreux pour payer le passage et traversons sous les regards medusés des autres passagers (pas beaucoup d’étrangers par ici!). De l’autre coté nous trouvons notre chemin à travers le marché vers la route principale avec l’aide d’habitants amusés pour isser le tandem en haut du talus. En arrivant à la frontière, l’officier mime que nous avons besoin de tamponner nos passeports pour quitter le Vietnam … C’est bien pour ça qu’on est là … Enfin nous comprenons : ce poste frontière est surtout utilisé par les bateaux qui montent et descendent le Mékong (croisières) de sorte que le bureau a été installé sur un ponton flottant à 500m à l’écart de la route pour débarquer/ré-embarquer facilement les touristes. Et ils n’ont pas fait doublon avec un bureau “terrestre”. Nous revoilà donc sur l’eau pour revenir avec les passeports estampillés près à traverser vers le Cambodge! Là, l’officier nous reçoit en marcel, atablé à l’extérieur avec son diner, et dans un anglais parfait nous explique que c’est la même affaire: pas de formalités administrative ici, nous devons aller au bureau principal, quelques km plus loin (où se trouve la jetée) et son “gars” va nous escorter. Un ado de 16 ans saute sur un scooter et nous fait signe de le suivre. Après plusieurs kilomètres sur une piste en terre, traversant le verger de quelqu’un en évitant les vaches qui y broutent nous arrivons à Cham Samnor «ville» et le bureau de douane où les touristes en croisière sont alignés. Lorsque nous demandons un visa cambodgien, nous sommes dirigés vers une salle sans fenêtre par un homme tenant une mallette … très poliment il émet nos visas et nous ne bronchons pas quand il demande 30 $ alors qu’on sait parfaitement que c’est censé être 25 $ … Après tout cela, il est maintenant 17 heures et nous nous demandons où nous allons dormir car c’est vraiment un coin reculé ici. C’est alors qu’il nous apprend la nouvelle : pas de maison d’hôtes jusqu’à Phnom Penh, à 100 kilomètres d’ici! Notre seule option est ce Casino / Hôtel que nous avons passés juste à côté de la frontière … Voici l’histoire de comment nous avons passé la Saint Valentin 2015 dans un Casino fantôme, à manger des sandwiches aux oeufs achetés à un étal-vélo et décapsuler première Cambodia Lager!

Phnom Penh, capitale au développement rapide et à l’histoire lourde
Le trajet d’une journée vers Phnom Penh fut agréable et facile. Le seul problème étant les douleurs dues à la constante necescité de répondre aux salutation de chaque personne que nous croisons : nous n’avions pas entendu tant de «hello» depuis que nous avons quitté le Laos! Les paysages ruraux se fondent progressivement dans la ville et nous sommes arrivés dans le centre de Phnom Penh où nous sommes restés pendant 4-5 jours. La ville est agréable, active sans être stressante et on peut immédiatement remarquer la machine du progrès en marche avec le rythme rapide de constructions, la présence de multinationales et des plans de développement de l’urbanisme en cours. L’île du Diamant toute entière est un projet immobilier sorti du sol. Bien sûr, cela se fait au détriment des plus pauvres qui sont déplacé (exproprié) et dont les bidonvilles cotoient les bâtiments de luxe. Une ville de contraste avec les enfants des rues qui croisent le chemin des hommes d’affaires dans de grosses voitures. Phnom Penh est accueillante pour les touristes avec de nombreux musées, temples, marchés et roof-top bars. Nous avons particulièrement apprécié la collection de statue du musée national et les berges aménagées du Mékong où les habitants se réunissent au coucher du soleil.

Le clou de notre séjour a été l’occasion d’en apprendre davantage sur le régime des Khmers rouges et Pol Pot en visitant les champs de la mort de Choeung Ek et la prison S-21. Révélation, crève-cœur, et très instructif. Le site de Choeung Ek est essentiellement un champ de fosses communes, laissé en l’état à l’éxception du monument-stupa au centre. L’audioguide est fait avec goût et vous donne juste assez d’informations et de temps pour saisir l’horreur des événements qui ont eu lieu ici et ailleurs au Cambodge. La prison S-21, qui est un lycée reconverti comme un camp de torture, montre la procédure très systématique utilisée par les Khmers rouges et des expositions de photos avec les témoignages des sujets offrent un aperçu de la situation actelles des protagonistes de ces événements. Ce ne est pas amusant, mais nous le recommandons vivement à tous ceux qui visitent le Cambodge. Nous avons également regaredé le film « Killing Fields » et ce fut utile dans notre compréhension.

Sur une note plus légère, c’était Têt, le nouvel an chinois, durant notre séjour là-bas et de nombreux Cambodgiens l’ont célébré. Nous avons été réveillés par des danses du dragon devant notre fenêtre à 6 heures du matin et un cochon entier rôti dans le hall de l’hostel! Nous avons également profité de l’occasion de faire notre bonne action en donnant notre sang à l’hôpital local – et nous y avons gagné un super T-shirts souvenir!

Kampung Cham, capitale provinciale rurale et tranquile
Notre prochaine étape était Siem Reap pour les temples d’Angkor Wat et nous avons décidé (grâce à d’excellents conseils de Raph) de nous y rendre en passant par Kampung Cham, le long du Mékong plutôt que par l’autoroute. Les routes rocailleuses à travers les villages et les rizières étaient assez dur pour le tandem mais le paysage en valait la peine et là encore les gens étaient très chaleureux et souriant partout où nous passions!

Kampung Cham fut une très bonne surprise et nous sommes finalement restés quatre jours à profiter de la ville au lieu de la simple escale d’une nuit initialement prévue. Beaucoup de repos et de démarches administratives à ratrapper, se balader pour découvrir la campagne paisible et éventuellement visiter un temple surprenant (Nokor Bachey) où les structures khmers ancienne de style Angkor fusionnent avec les nouvelles constructions.

Kampung Cham est également célèbre pour un grand pont de bambou traversant le Mékong vers une île de l’autre côté. Il mesure environ 900 m de long et est emporté chaque année pendant la mousson. Il est spectaculaire et terrifiant à la fois. Nous avons traversé avec le tandem, le partageant avec les marcheurs, scooter et voitures. Les craquements de bambou quand le vélo passe dessus, deviennent des explosions quand les voitures passent. C’était comme rouler sur un matelas à eau – lorsque d’autres véhicules arrivent le tout résiste et ondule !!

Nous avons sentis un contraste total avec la moderne Phnom Penh: très rurale et principalement axée sur l’agriculture, Kampung Cham est peuplée par des villageois portant le Krama et autres tenues traditionnelles. Aussi la vie y est beaucoup moins cher et plus calme! A propos, le Krama est un morceau de tissu assez magique: il peut être utilisé comme un chapeau ou un masque pour vous protéger du soleil et de la poussière, il peut être une jupe ou un pantalons et nous l’avons aussi vu utilisé pour transporter les bébés ou des marchandises …

Ok, il est temps de se remettre en route: prochaine destination Angkor Wat!

 

Posted in Uncategorized | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

50 shades of green

Francophone rdv à la fin !

Hué – border of north and south Vietnam
After our surprisingly comfortable train ride from Hanoi, we and the bike arrived in Hué, the former capital of Vietnam from 1802 until 1945, a short distance from the 17th parallel and the former demilitarized zone between the Democratic Republic of Vietnam in the North and the Republic of Vietnam in the South.
The Hué Citadel and Imperial City are a delight to see, but much of the rest of the city suffered in the so-called “American War”, due to its location as the first steping stone on the conquest of the South by the Viet Minh. Just outside the city we stumbled across the beautiful Thien Mu pagoda, where we spent some time listening to the monks chanting whilst ringing bells and playing percussion on wooden fish as they are called – they are carved in the shape of a carp – the representation is that of the monks quest for the state of perpetual wakefulness, since the carp never sleep. We also found a shrine to the monk Quan Duc who famously self-immolated in 1963 in Saigon at protest against the Diem/American regime. This was his monastery, and they have the car in which he drove to Saigon to perform the protest.

DSCN3666sm DSCN3683sm

Mountain roads, DaNang and heading south
After leaving Hué, we overnighted in Lang Co and enjoyed the beautiful beaches before bracing ourselves to climb the mountainous Hai Van pass, through Vietnam’s third biggest city – DaNang, and on to Hoi An. The climb up Hai Van was tough on our fully loaded tandem – we weigh about 235 kg with bodies, bike and all our luggage – but the view from the top was spectacular. Also there are pillboxes remaining from the war – an excellent vantage point I would imagine. DaNang was a mighty city and we were sad to pass through so quickly, but we did stop to take a photo next to the famous dragon bridge – each weekend evening at 9 pm the dragon breathes fire!
We continued to pass the most beautiful verdant countryside – words and pictures cannot do justice to the myriad colours of green we saw, forests and rice paddies in different stages of maturity – some dry, some freshly planted, and some with rice being ready to pick already!
Cycling along the coast road on the outskirts of DaNang we spotted a cycle cafe – Le Vélo! We stopped and enjoyed wonderful tea and cake, whilst surrounded by bike-themed objects – even the coffee tables were made of old repurposed bike wheels. We spent some time chatting with the owner, who enthused about all things cycling and of a healthy lifestyle – wonderful to see!
DSCN3714sm DSCN3742sm DSCN3774sm DSCN3798sm DSCN3805sm DSCN3846sm DSCN3865sm

Hoi An disappointment
We had been told about great things about Hoi An and it’s UNESCO status certainly suggested a very special place. However, despite being very pretty, we were shocked by the rampant commercialisation and the constant barracking by hawkers made our stay not very pleasurable. In fact, we decided to cut short our visit. We felt as if we were in some artificial Vietnam created by Disney or in Las Vegas. We were very happy to quickly get out of this strange alternative reality and get back to the “real” Vietnam.

DSCN3873sm DSCN3892sm

Aggressive roads
We carried on riding the principal road south to our next major destination which was Saigon (Ho Chi Minh City). There is only one road south, with very little opportunity to divert from it.  The road is under construction, very rough and driving at times can be very aggressive. The pollution is intense and our lungs felt heavy from the fumes and the dust we were breathing in. The honking from all types of traffic is relentless, day and night it continues, as if any vehicle will have its engine malfunction if the horn does not blare out loud at least every 500 meters. After several days slogging through this road, and one day after two very near misses from idiotic bus drivers we decided enough was enough, and we would “fast forward” by taking a train from Qui Nong to Saigon, rather than spending another 7-10 days riding along this road. We rested in Qui Nong by a beautiful beach, repairing nerves and getting the bike running smooth again before we could catch the overnight 18 hour train to Saigon.

Youtube video https://www.youtube.com/watch?v=z2thP3LDlKM

Checkout our progress here: https://badgerandfrog.com/where-on-earth-are-we-now/
https://badgerandfrog.com/where-on-earth-are-we-now/
DSCN3952sm DSCN4074sm

Saigon’s nice surprises!
Saigon was a real change of pace for us. Frog’s friends Raph and Camille, expats from France, kindly offered to host us and we spent four nights experiencing the expat life (swimming pool, massage, rooftop bars, BBQ + movies with other expats, good local food restaurants, and driving a scooter around for the first time). The city is a sprawling monster, full of life and excitement. We immersed ourselves fully into the tourist world, particularly enjoying the traditional medicine museum, the war museum and finding a visit to the Cu Chi tunnels where Viet Cong resisted during the American War, particularly educational.

DSCN4114sm DSCN4127sm

Mekong Delta
We said out fond farewells to our amazingly generous hosts Raph and Camille, and set off south to visit the Mekong Delta – the area where this behemoth of a river splits as it reaches the end of its journey to the sea. We spent a couple of days at Cai Bé – originally hunting for the floating market which now seems to exist only for tourist purposes, and also to allow Frog a little downtime for her birthday! Cai Bé is an interesting place covered with islands and rivulets created by the Mekong splitting, hugely enjoyable to walk around and explore, and the city was filled with an excitable vibe as they prepared for Tet – the New Year celebration.
DSCN4203sm DSCN4222sm

The vegetation and nature around the delta is incredible, rather than rice paddies we saw the beautiful greens of trees bearing a panoply of different fruits – mango, banana, tamarind, etc. It was clearly chilli picking season – alongside many roads bright red chillis were drying on tarpaulins – check out the Spice Girls picture!

DSCN4263sm DSCN3937sm

That’s it for Vietnam!! the dodgy border crossing and arrival in Cambodia will be detailed on our next post, “Phnom Penh to Kampung Cham, the two faces of Cambodia” arriving soon!

Froggy French : 50 nuances de vert

Hué, à la frontière du Nord et du Sud Vietnam

Après un voyage en train-couchette étonnamment confortable depuis Hanoi, nous sommes arrivés à Hué, capitale du Vietnam de 1802 à 1945, à une courte distance du 17e parallèle et de l’ancienne zone démilitarisée entre la République démocratique du Vietnam au Nord et la République du Vietnam au Sud.
La citadelle de Hué et la Cité Impériale sont un plaisir à voir, mais une grande partie du reste de la ville a souffert dans la “guerre américaine” (et oui au Vietnam on ne dit pas la « guerre du Vietnam » !), en raison de son emplacement en première ligne sur la route de la conquête du Sud par les Viet Minh. Juste en dehors de la ville se trouve la belle pagode Thein Mu, où nous avons passé un certain temps à écouter les moines chantant et jouant des percussions sur des poissons en bois – ils sont sculptés en forme de carpe pour simboliser la quête des moines pour l’état d’éveille permanent, puisque la carpe ne dort jamais. Nous sommes tombés sur un sanctuaire dédié au moine Duc Quan, célèbre pour s’être auto-immolé en 1963 à Saigon en protestation contre le régime américain /Diem. Thein Mu était son monastère, et ils ont la voiture dans laquelle il a conduit à Saigon pour effectuer sa « demonstration ».

Routes de montagne, DaNang et direction Sud
Après avoir quitté Hué, nous avons passé la nuit à Lang Co et apprécié les belles plages avant de nous résoudre à gravir la montagne vers le col Hai Van (poétique « passage dans les nuage »), passer par la troisième plus grande ville du Vietnam – Danang et finalement arriver à Hoi An. La montée du Hai Van fut rude sur notre tandem chargé à bloc – nous pesons environ 235 kg avec nous, le vélo et tous nos bagages – mais la vue depuis le sommet en valait la peine. Il ya aussi des blockaus restants de la guerre – un excellent point de vue sur la région!. DaNang est une ville impressionante et nous étions tristes de passer si vite, mais nous nous sommes arrêtés pour prendre une photo à côté du célèbre pont du dragon – chaque soir de week-end à 21 heures le dragon crache du feu!
Nous avons continué à traverser les belles campagne verdoyante – mots et images ne peuvent pas faire justice aux mille teintes de vert que nous avons vu, les forêts luxutiantes et les rizières à différents stades de maturité – certaines sèche, certaines fraîchement plantées, et certaines avec du riz déjà prêt à récolter !
En roulant le long de la route du littoral à la périphérie de Danang, nous avons repéré un café de cycliste – Le Vélo! Nous nous sommes arrêtés et avons apprécié thé et gâteaux, entourés dobjets sur le thème du vélo – même les tables ont été faites à partir de roues de vélo recyclées. Nous avons passé un certain temps à discuter avec la propriétaire, enthousiaste à propos de toutes ce qui touche au vélo – très sympa!

Déception à Hoi An
On nous avait dit de grandes choses au sujet de Hoi An et son statut de l’UNESCO suggérait un endroit très spécial. Toutefois, en dépit d’être très jolie, nous avons été choqués par sa commercialisation à outrance, et la solicitation constante par des vendeurs a rendu notre séjour pas très agréable. En fait, nous avons décidé d’écourter notre visite. On se serai cru dans un Vietnam artificiel créé par Disney ou à Las Vegas. Nous avons été très heureux de sortir rapidement de cette réalité alternative et revenir au “vraie” Vietnam.

Conduite de furieux
Nous avons continué sur la route principale vers le sud, notre prochaine destination majeure était Saigon (Ho Chi Minh-Ville). A cet endroit il n’y a qu’une route vers le sud, avec très peu de possibilité de détour. La route est en construction, très mauvaise et la circulation peut y être très agressif. Nous avons également souffert de la pollution (gaz d’échappement et poussière) et des klaxons incessant, finissant chaque journée avec un mal de crâne. Un jour après deux bus évités de justesse nous avons décidé que c’était assez, et que nous ferions “avance rapide” en prenant un train de Qui Nong à Saigon, plutôt que de passer une autre semaine à galérer le long de cette route. Nous nous sommes reposés à Qui Nong le long d’une belle plage, pour réparer les nerfs et le vélo avant de prendre le train de nuit pour Saigon : 600km, 18h .

Les belles surprises de Saigon
Saigon était un vrai changement de rythme pour nous. Des amis de Frog, Raph et Camille, des expatriés de France, nous ont très gentiement offert de nous héberger et nous avons passé avec eux quatre nuits à vivre la vie d’expatriés : piscine, massage, roof bar, barbecue + films avec d’autres expatriés, de super bons restaurants locaux, et la conduite d’un scooter pour la première fois (le Honda superCube de Camille!!!). La ville est un monstre tentaculaire, pleine de vie et d’excitation. De jour nous nous sommes plongés pleinement dans le monde des touristes, notamment en profitant du musée de la médecine traditionnelle, du musée de la guerre et même une visite des tunnels de Cu Chi où les Viet Cong ont résistés pendant la guerre américaine, très éducatif.

Le Delta du Mekong
Nous avons fait nos adieux à nos incroyablement généreux hôtes Raph et Camille, et sommes repartis vers le sud pour visiter le delta du Mékong – la zone où ce monstrueux fleuve se divise alors qu’il atteint la fin de son voyage à la mer. Nous avons passé quelques jours à Cai Bé – à l’origine pour le marché flottant qui semble désormais exister uniquement dans les guides touristiques, et aussi pour offrir à Frog une pause pour son anniversaire! Cai Bé est un endroit intéressant recouvert d’îles et ruisseaux créés par la scission du Mékong, extrêmement agréable pour se promener et explorer, et la ville était rempli d’une excitation palpable alors qu’ils se préparaient pour le Têt – la célébration du Nouvel An. La végétation et la nature autour du delta est incroyable, plutôt que rizières, nous avons vu les beaux verts d’arbres fruitiers – mangue, banane, tamarin, etc. C’était visiblement la saison de cueillette du piment – le long des routes les piments d’un rouges lumineux étaient mis à sécher sur des bâches – regarder la photo des Spice Girls!;)
C’est tout pour le Vietnam !! le passage de frontière douteux et l’arrivée au Cambodge seront détaillées sur notre prochain post, “De Phnom Penh à Kampung Cham, les deux visages du Cambodge” qui arrive bientôt!

 

Posted in Uncategorized | Tagged , , , , , , , , , , , , | 2 Comments

Hanoi: friends, chocolate, snakes

For the first time on our trip, after 2 months on the road we finally reached the sea, in Dien Chau where we rested for a couple of days to dry out after 3 days of constant rain in an hotel called “Lieu Chau” which sounds like “warm place” in French, you can’t make it up! We explored the sea shore, seeing the barefooted women fishing for cockles on the sand, watching hundreds of fishing boats go out to sea.

DSCN2686sm  DSCN2808sm
DSCN2816sm  DSCN2720sm

Walking along the beach Badger encountered school children who insisted on taking some pictures with him – they were about the age where the stop being terrified of his beard. Frog gets the teenage girls really excited, squeezing in to take a “selfie” and touching her hair. We have experienced it through out our trip but even more so in Vietnam where people seem a lot more outgoing.
We followed Highway 1 north to our next destination – Hanoi! We spent 4 days riding alongside beautiful green rice paddies and fascinating rock formations (around Ninh Binh) and we stopped by the citadel of the Ho dynasty (XII century). And before we knew it we could see the first skyscrapers, giving away the presence of Hanoi with it’s 8 milion inhabitants – quite a shock after months riding through small towns.

DSCN2915sm  DSCN2927sm
We had been warned about the extreme traffic in Hanoi, but our arrival into the centre was smooth and trouble free. The traffic became progressively crazier but we skilfully found our way through and reached our destination: warmshower at Quynh’s ! Warmshower is a global community, in the same idea as couchsurfing, where bikelovers offer to host traveling cyclists. Quynh was a fantastic host and was very helpful with his deep personal experience touring the roads of Vietnam (vdquynh.blogspot.com). Through this community we also met a family of crazy French people, traveling just like us but with their 3 kids! How are they doing it?! Go check out their blog! http://cinq-a-cycle.blogspot.com/2015/01/decider-de-notre-destine.html

DSCN3559sm DSCN3560sm DSCN3585sm DSCN2965sm

We spent our first 2 days in Hanoi resting (yes we do that a lot) and preparing for the arrival of Stuart and Suzy!! We greeted them at the airport with local hats so that they could blend in and shots of rice vodka, a local custom to welcome guests. In return they were bringing A LOT off new supplies – replacement parts for the bike, replacement cycling shorts, gloves, reload of snus, a copy of Viz and of course little Badger and little Frog !

IMG_0207sm  RSCN3017sm

The next day our jolly group started the touristic marathon : pagodas, the Army museum, Ho Chi Minh mausoleum, the 36 streets were Stuart entered his charming haggling mode (“look at this face!”), and the famous water puppets. They were brave enough to try street food on their first day, featuring grubs! Day 2 started out by a visit to the silk tailor for some made to measure suits and dresses which we immediately made sure won’t fit by an orgy at the famous Metropole Hotel all you can eat chocolate buffet.

DSCN3072sm DSCN3112sm
The next 2 days were spent on a cruise around Ban Nah and Halong Bay aboard a private junk. It was a great way to experience about this natural wonder, with thousands of limestone islands jutting from the waters. We were lucky enough to encounter a family of monkeys during our kayak outing in one of the lagoons and we also visited a floating fish farm, many people actually spend their entire life in the bay, living on floating villages.

DSCN3275sm DSCN3320sm DSCN3440sm DSCN3472sm

Because we didn’t want the magic to end so soon, we spent an additional night in Cat Ba island. There we visited a cave that was used as an hospital during the Vietnam war against Americans. The installation is ingeniously conceived, built in 3 stories of concrete and incredibly equipped with emergency exits, ventilation and even a swimming pool and a movie theatre for recovering soldiers.
Back in Hanoi we payed a visit to Lê Mat snake village were a snake was sacrificed in front of us and every bit was cooked and eaten. JJ had the honor of eating the still beating hart while we drank the blood infused vodka. Quite an experienced !

DSCN3495sm

To close this excellent week, we had our last souper together on a roof top overlooking the lake Hoan Kiem, aka the sword lake. The legend says that a turtle came out of the lake to offer a magic sword to king Lê Loi to help him defeat his enemies. After the victory the sword was restituted to the lake and is supposedly still in there…

After a couple days working on the bike – changing cassette and chain, break and gears cables, tires, handlebar tapes and installing a stem riser- we hopped on a train heading south, fast forwarding us past roads already ridden on the way up, to our next adventure: Hué.

DSCN3552sm

Hanoi : potes, chocolats et serpents

Après deux mois sur la route nous avons finalement atteint la mer, à Dien Chau où nous nous sommes séchés après trois jours de pluie constante dans un hôtel appelé «Lieu Chau”, ca ne s’invente pas! Nous avons exploré le bord de la mer, observant les femmes pieds nus pour la pêche aux coques, et la procession de centaines de bateaux de pêche sortant en mer.

En marchant le long de la plage Badger a rencontré des écoliers qui ont insisté pour prendre des photos avec lui – ils avaient juste l’âge où ils arrêtent d’être terrifiés par sa barbe. Frog provoque l’excitation des adolescentes qui se pressent pour prendre une “selfie » avec elle et lui toucher les cheveux. Nous nous sommes habitués à être des curiosités dans les zones reculée lors de notre voyage, mais c’est exacerbé au Vietnam, où les gens semblent beaucoup plus extravertis.

Nous avons suivi la route 1 vers le nord : notre prochaine destination Hanoi! Nous avons passé quatre jours à rouler entre de superbes rizières vertes et des formations rocheuses fascinantes (aux environs de Ninh Binh) et nous nous sommes arrêtés à la citadelle de la dynastie Hô (XII siècle). Et bientot les premiers gratte-ciel, trahirent la présence de Hanoi et ses 8 milions d’habitants.

Nous avions été mis en garde contre l’anarchie de la circulation à Hanoi, mais notre arrivée dans le centre fut progressive et sans encombres. Nous fofilant dans la nuée de scooter nous avons atteint notre destination: Warmshower chez Quynh ! Warmshower est une communauté mondiale, dans la même idée que couchsurfing, où les passionés de vélo offrent d’accueillir les cyclistes qui voyagent. Quynh était un hôte fantastique et très serviable avec son expérience personnelle des routes du Vietnam (vdquynh.blogspot.com). Grâce à cette communauté nous avons aussi rencontré une famille de français, voyageant comme nous mais avec leurs trois enfants! Comment font-ils ?! Allez voir leur blog!
http://cinq-a-cycle.blogspot.com/2015/01/decider-de-notre-destine.html

Nous avons passé nos 2 premiers jours à Hanoi à nous reposer (oui, nous faisons beaucoup ca) et à préparer l’arrivée de Stuart et Suzy !! Nous les avons accueillis à l’aéroport avec des chapeaux locaux afin qu’ils puissent se fondre dans la masse et des shot de vodka de riz, une coutume locale pour accueillir les invités. En retour, ils nous apportaient tout un stock d’approvisionnement – des pièces de rechange pour le vélo, cuissards de remplacement, des gants, du tabac Snus, une copie de Viz et bien sûr petits Badger et Frog!

Le lendemain, notre joyeuse bande a commencé le marathon touristique: pagodes, le musée de l’Armée, mausolée Ho Chi Minh, les36 rues (où Stuart est entré en mode charmeur marchandage) et les célèbres marionnettes sur l’eau. Ils ont été assez courageux pour essayer la nourriture de rue dès leur premier jour, incluant des vers! Jour 2 a commencé par une visite chez le tailleur pour des costumes et robes sur mesure que nous avons immédiatement fait en sorte de ne plus pouvoir mettre grace à une orgie au célèbre buffet de chocolat à l’Hôtel Métropole .

Les 2 prochains jours ont été consacrés à une croisière autour des baies de Ban Nah et de Halong à bord d’une jonque privée. C’était une excellente façon de découvrir cette merveille de la nature, avec des milliers d’îles calcaires jaillissant des eaux. Nous avons eu la chance de rencontrer une famille de singes lors de notre sortie en kayak dans l’une des lagunes et nous avons aussi visité une ferme piscicole flottante, beaucoup de gens passent effectivement leur vie entière dans la baie, à bord de villages flottants.

Parce que nous ne voulons pas que la magie prenne fin si tôt, nous avons passé une nuit supplémentaire sur l’île de Cat Ba. Nous y avons visité une grotte qui a été utilisé comme hôpital pendant la guerre du Vietnam contre les Américains. L’installation est ingénieusement conçu, construite sur trois niveaux en béton et incroyablement équipée d’issues de secours, ventilation et même une piscine et un cinéma pour la convalescence des soldats.

De retour à Hanoi nous avons payé une visite à Lê Mat, le village aux serpents, où un « bamboo snake » a été sacrifié en face de nous et chaque morceau a été préparé et mangé (peau grillée, riz au gras de serpent, boulette, BBQ et soupe de serpent). JJ a eu l’honneur de manger le coeur encore palpitant pendant que nous buvions la vodka au sang. Quelle experience!

Pour cloturer cette excellente semaine, nous avons pris notre dernier souper ensemble sur un terrasse surplombant le lac Hoan Kiem, alias le lac de l’épée. La légende dit que une tortue est sorti du lac pour offrir une épée magique au roi Lê Loi pour l’aider à vaincre ses ennemis. Après la victoire, l’épée a été restituée au lac et est censée être encore là …
Après quelques jours de travail sur le vélo – changement de cassette et chaîne, cables de freins et de vitesses, pneus,… – nous avons sauté dans un train en direction du sud, pour accéléré sur une portion de la route que nous avions déjà vue à l’aller, notre prochaine aventure: Hué.

 

Posted in Uncategorized | Tagged , , , , , , , , , , , | 1 Comment

Jars of Rain!

English version below, but en Francais à la fin

Leaving Luang Prabang we decided to take the bus again to cross the mountains to get to Phonsavan. Again we were happy with this decision, as we again saw plenty of tough roads and debris from accidents. The bike got strapped to the roof of another bus, we are now used to this treatment of our poor thing – she’s tough and can handle it! The bus started to fill up, and we saw the cliché of “when a westerner sees a full bus, an Asian busdriver sees a bus only ¼ full” – as we rode along we made frequent stops to pick up ever more people, locals with children, travelers, business men with suitcases, the bus was overflowing, but somehow we all squeezed in.

Phonsavan

DSCN2358sm

Phonsavan is famous for the “Plain of Jars” – literally hundreds of stone structures in the shape of jars, up to 2500 years old, that were hollowed by hand. The largest are over 8 foot (2.5 m) high. Some locals propagate ideas that they were used for mystical purposes, or for fermentation of liquors for celebration of an important King’s victory – but science has shown that they were used for burials, with bones, ashes, ornanents and nearby caves that were used for cremation. Most of the jars originally had lids, but most are displaced, and many jars were looted over the centuries. Some are located in the open fields, and others you have to cross rice paddies and enter woods, where you find the jars amongst the trees (in one case the tree actually growing through the middle of the jar!), creating quite an eery magical, almost druidic, feeling.

DSCN2386sm

DSCN2365sm  DSCN2410sm

There are approximately 75 known sites of the jars, but only 3 are easily accessible to tourists. This area was very heavily bombed during the Vietnam war between 1965-1975 and much of the ordinance did not explode. In order to campaign to make the entire place part of UNESCO world heritage, they are clearing the area of UXO (UneXploded Ordinance) by a group called MAG (Mines Advisory Group). Stones indicate the safe areas to walk – make sure you don’t step outside the indicated lines!

DSCN2396sm DSCN2446sm

MAG also clears UXO from the rest of the region. Laos still has a significant problem with UXO, hundreds are killed or maimed each year, and the fear of the UXO restricts farmers from using their entire land, digging for wells, planting new crops, and the community improving playgrounds and toilets for schools and other facilities. This is a critical hold on the development of this area of Laos.

DSCN2350sm

Amazingly, most of the jars were untouched by the bombing – although you can see the many craters which landed right next to where the jars are located. In the towns the larger shells from the UXO are used for decoration, for klaxons, boats, fences, and also turned into spoons and jewelry.

DSCN2500sm DSCN2502sm

After a good rest in the wonderfully named “Nice Guesthouse” we got on the bike and were riding again after what seemed like a long break. We were now heading east towards our third country – Vietnam – just the matter of a mountain range to tackle on our way. We took the route 7, more or less directly east from Phonsavan to the border crossing at Nam Kham (Laos)/Nam Cham (Vietnam). Strava files are here https://badgerandfrog.com/where-on-earth-are-we-now/ and here https://www.strava.com/activities/239261631 and here https://www.strava.com/activities/239087240.

One evening, we found ourselves the only guests in a deserted thermal spa resort with a natural hot spring and a small zoo containing ostriches, a bear and some deer amongst other creatures.

DSCN2509sm

We found the mountains very tough, as we climbed up over 1800 m and above the cloud level. And the gods turned against us – as we crossed into Vietnam we hit 3 days of constant rain, cycling on with wet shoes and clothes is not great fun. The locals seem unfazed however – one guy was strolling around, smiling, using a palm leaf as a makeshift umbrella!

DSCN2602sm

Coming over the crest of the hills from Laos into Vietnam, we noted how smooth the tarmac was after rougher roads in Laos, and enjoyed the sweeping descent through hairpins reminiscent of some of the best roads in Europe. The hills were more densely wooded on the Vietnamese side, and a more “tropical” feel to the surroundings rather than the barer slopes on the other side of the mountain in Laos. Whispy fingers of the clouds clung heavy to the mountains, allowing us infrequent tantalising glimpses over the descent below, a very spooky atmosphere as we rode, but all the while whetting our appetites for what we might find in the rest of Vietnam.

DSCN2576sm DSCN2597sm DSCN2636sm

 

Dans la langue de Molière :

 

Quitant Luang Prabang nous avons à nouveau ficelé le vélo sur le toit d’un bus, nous sommes maintenant habitués à ce traitement de notre pauvre chéri- il encaisse! Nous avons vécu le cliché de «quand un Occidental voit un bus plein, un chauffeur Asiatique voit un bus seulement ¼ plein» – alors que nous pensions le bus au complet, assis à notre aise, il fit des arrêts fréquents pour ramasser toujours plus de personnes, des locaux avec enfants, des voyageurs, des hommes d’affaires avec leur malette, le bus était débordait, mais chacun s’est fait une place.

Phonsavan

Phonsavan est célèbre pour la “Plaine des Jarres” – littéralement des centaines de structures de pierre en forme de pots, vieille de 2500 ans, qui ont été creusées à la main. Les plus grands font plus de 2,5 m de haut. Les habitants aiment entretenir des explications mystiques à leur existance notamment pour la fermentation d’immenses quantités d’alcool de riz pour célébrer la victoire d’un roi – mais la science a montré qu’elles été utilisées pour les enterrements, ayant trouvé des os, des cendres, des ornemants et des grottes voisines qui ont été utilisés pour la crémation . La plupart des pots avaient initialement un couvercle, mais peu subsistent et de nombreuses jarres ont été pillées au cours des siècles. Certaines sont situées en plein champs et pour d’autres sites il faut traverser les rizières pour trouver les jarres entre les arbres (dans un cas, l’arbre a poussé dans une jarre/pot!). Tout celà donne un athmosphère un peu mystique, genre forêt des druides!

Il ya environ 75 sites connus où l’on trouve des jarres, mais seulement trois sont facilement accessibles aux touristes. Cette zone a été lourdement bombardée pendant la guerre du Vietnam entre 1965-1975 et beaucoup de bombes n’ont pas explosé. Afin de faire entrer l’ensemble des sites au patrimoine mondial de l’UNESCO, ils sont en train de netoyer la zone de ces UXO (UneXploded Ordonance) par un groupe appelé MAG (Mines Advisory Group). Des bornes indiquent les zones sures – assurez-vous de ne pas vous aventurer en dehors des zones indiquées!

MAG netoie également les UXO du reste de la région. Le Laos a encore un problème important avec les munitions non explosées, des centaines sont tués ou mutilés chaque année, et la peur de l’UXO empêche les agriculteurs d’exploiter la totalité de leur terre, creuser des puits, planter de nouvelles cultures, et la communauté d’améliorer ses installations telles que des terrains de jeux et des toilettes pour les écoles. C’est un vrai frein au développement de cette région du Laos.

Étonnamment, la plupart des jarres ont été épargnées par les bombardements – bien que l’on puisse voir de nombreux cratères sur les sites des jarres. Dans les villes les plus grandes enveloppes de bombes sont utilisées pour la décoration, pour les klaxons, les bateaux, les clôtures, et également transformées en cuillères et bijoux.

Après un bon repos dans la “Nice Guesthouse” merveilleusement nommée nous revoilà en selle et après ce qui semble avoir été une longue pause. Nous roulons maintenant en direction de l’Est vers notre troisième pays – le Vietnam – seule une chaine de montagne se dresse sur notre chemin. Nous avons pris la route 7, plus ou moins directe vers l’est, de Phonsavan au poste frontière de Nam Kham (Laos) / Cham Nam (Vietnam). Fichiers Strava ici https://badgerandfrog.com/where-on-earth-are-we-now/ et ici https://www.strava.com/activities/239261631 et ici https://www.strava.com / activités / 239.087.240.

Un soir, nous nous sommes retrouvés les seuls clients dans une station thermale déserte avec une source d’eau chaude naturelle et un petit zoo accueillant 2 autruches, un ours et quelques cerfs entre autres créatures.

Nous en avons bavé et grimpé plus de 1800 m et au-dessus du niveau des nuages. Et les dieux se sont retournés contre nous – nous avons pris trois jours de pluie incessante, et pédaller avec des chaussures et des vêtements mouillés n’est pas très amusant. En passant du Laos au Vietnam au sommet des collines nous avons constaté comme le tarmac était lisse après les routes rugueuses du Laos, et apprécié la descente qui rappelle certaines des meilleures routes en Europe. Les collines étaient plus densément boisées sur le côté vietnamien, et avec un air plus “tropical” par rapport aux pentes sèches de l’autre côté de la montagne, au Laos, on s’attendait à voir un gibbon à joues jaunes à tout moment!. Les nuages encore accrochés aux montagnes, nous permettaient de brefs aperçus aguichants de la descente tout en aiguisant notre appétit pour ce que nous pourrions trouver dans le reste du Vietnam.

Posted in Uncategorized | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments

Luang Prabang – the jewel in Laos’s crown

Luang Prabang

Gorgeous Luang Prabang is the jewel in Laos’s crown, accessible by plane, river or by tortuous windy roads over mountain passes. Considering this, we opted to take another shortcut, and took the bus from Vang Vieng, putting the tandem on the roof of a bus. During the ride, with the impressive uphills, and scary downhills, we agreed that we had taken the right decision. When we saw numerous abandoned broken-down trucks, several crashes, and one truck that had left the road and careered down a steep ravine some 80 metres below, we were glad that our driver had good skills to handle the 6 hour ride!

The view from the top of the mountain pass was incredible.

DSCN1843sm

Luang Prabang has UNESCO world heritage site status, and is protected from much of the development we had seen elsewhere. The city is beautiful, and has a special atmosphere magnified by the omnipresent temples – the gongs awaken you in the morning, to traverse the city you must pass through several temples, evening chants fill the air and monks dressed in typical orange robes are everywhere – there are more monks here than any other city. The city combines architecture and nature harmoniously – tasteful gardens in the temples, large trees are everywhere, the forest-covered Mount Phu Si sits in the middle of the city, overlooking all below, plus the convergence of the Mekong and the Nam Kham rivers.

DSCN1919sm

DSCN1871sm

DSCN1968sm DSCN2027sm DSCN2130sm DSCN2279sm

A gift of our first night in a fabulous hotel allowed us to welcome in the New Year in style. We ate well, and partied into the early morning at the festive Lao Lao Garden – an outdoor bar that clung to the sides of Mount Phu Si, mixing ancient trees and modern facilities in a tasteful style.

DSCN1852sm

In Wat Xieng Mouane the monks receive training on handicrafts necessary for the maintenance of temples and to continue the tradition of Laos artisans, including woodcarvings of which we saw several examples in utero.

DSCN2313sm

In Wat Sensoukaram we had the opportunity to observe traditional evening chants and service, an hour of hypnotic chanting by the monks was an incredible experience.

DSCN2296sm

On the flip side, we also saw the ceremony for which Luang Prabang has become most famous – the dawn alms giving. Believers would line the main road through Luang Prabang, seated to show reverence to the monks. The monks would leave their temples at dawn and collect their food for the day – sticky rice – from the believers. We expected the procession to be really serene and symbolic even though we had heard that tourists do not follow the recommendation of observing the ceremony quietly from a respectable distance. What we saw was shocking – at dawn, busloads of tourists arrive, and take the seats along the way of the procession. What follows is a disgrace – loud laughter, selfies, flash photography at close range, and we saw only a handful of locals out of the hundreds of alms givers. We would not recommend attending this, and hope that the city can regain the respect and the ability for the believers to practice this important and meaningful tradition.

We loved the vibe of Luang Prabang and stayed longer than we had planned, picking up some souvenirs from the night market and enjoying our daily breakfast along the Mekong. Actually we discovered that really our breakfast was more of a lunch – the Phu Si gong sounds breakfast lunch and dinner, with the lunch bell ringing at 10:30 am!!

We ate some great local foods in our time here – Mekong weed, dried and flavoured with seeds, garlic and chilli, and some buffalo fondue.

DSCN1853sm

Now we are heading in the direction east towards Vietnam, stopping at Phonsavan on the way to admire the unique mysterious Plain of Jars.

 

 

 

Froggy version :

Luang Prabang

Luang Prabang la magnifique est accessible par avion, par le Mekong ou par des routes de montagnes tortueuses… Sachant cela nous avons décidé de prendre un nouveau raccourcie et avons mis le tandem dans un bus depuis Vang Vieng. Pendant le trajet, voyant les cotes vertigineuses et les descentes terrifiantes, nous nous sommes félicités de cette décision. Nous avons remarqué des vehicules fumant abandonnés dans les montées, plusieurs accidents et même un camion qui avait quité la route pour s’écraser 80 plus bas : nous étions contents d’avoir un bon chauffeur pour ces 6 heures de routes! La vue en haut des cols était incroyable!

Luang Prabang a le label UNESCO, ce qui la protège du developpement un peu sauvage qu’on a vu ailleurs. La ville est magnifique et possède un athmosphère particulier due à l’omniprésence des temples – les gongs vous réveil le matin, certaines rues passent au travers des temples, les litanies emplissent l’air du soir et l’on croise des moines dans leur robe safran à chaque coin de rue. La ville associe harmonieusement architecture et nature – jolis jardins dans les temples, grands arbres ou palmier dans les rues et bien sure, le mont Phu Si couvert de forêt en plein milieu de la ville (un peu comme le Mont Royal a Montreal) ainsi que les luxuriantes berges des rivières Mekong et Nam Kham.

Nous avons put recevoir la Nouvelle Année avec classe grace au cadeau d’une nuit dans un luxueux hôtel (merci!). Nous avons fait la fête au LaoLao Garden, un bar accroché aux falaises du mont Phu Si, alliant arbres anciens et éqipements modernes avec goût.

Au temple Wat Xieng Mouane les moines recoive un apprentissage aux artisanats necessaires à l’entretient des temples et perpétuant la tradition Lao, incluant la sculpture sur bois pour laquelle nous avons put admirer quelques exemples !

Au temple Wat Sensoukaram nous avons eu l’opportunité d’assister au service du soir : une heure de chants hypnothiques des moines fut une expérience incroyable.

Par contre, nous sommes aussi aller voir la cérémonie des offrandes matinales qui ont lieu à l’aube et ont lieu d’une manière particulière à Luang Prabang. Les croyants se place le long de la rue principale où sont alignés les temples. Les moines passent en procession silencieuse pour recevoir le riz gluant qui sera leur nouriture pour la journée. C’est une cérémonie sensée revêtre un grande spiritualité à la fois pour les croyants qui font un don et pour les moines que renouvellent ainsi leur voeux de pauvreté et d’humilité. Nous avions été prévenus que nombre de touristes ne respectent pas les consignes de respect (observer discrètement depuis l’autre côté de la rue). Ce que nous avons vu nous a choqués : à l’aube des minibus déversent un flot de touristes qui s’installent (aux meilleurs places)le long du trajet de la procession avec des “kit” de riz préparé pour eux. Ce qui s’en suit est un honte : éclats de rires, selfies, flash à 20 cm du visage des moines, … et nous n’avons vu qu’une poignée de locaux faire offrande.
Nous ne recommandons pas d’assister à ce spectacle et nous souhaitons à la vile de retrouver le respect due à cette cérémonie et la possibilité pour les croyants de pratiquer cette importante tradition.
Nous avons aimé l’ambiance de Luang Prabang et sommes restés plus longtemps que prévu, glanant quelques souvenirs au marché de nuit et profitant de notre petit-dej quotidien le long du Mekong.
Nous avons découvert de nouvelles saveur, dont la fondue de buffle (facon pierrade) et les algues du Mekong, séchées et parfumées avec des graines de sésame et de l’ail.

Nous nous dirigeons maintenant vers l”est et le Vietnam ! Nous nous arrêterons en chemin pour voir Ponsavan et la mysterieuse Plaine des jarres.

 

Posted in Uncategorized | Tagged , , , , , , , , , , , | 2 Comments

Christmas in Laos

Christmas in Vientiane

We came to the realization that it was December 20th and we were not in a Christmassy mood yet! Hot days, absence of Christmas carols in the shops, and overall no one caring in this non-christian culture. So on our way up to Vientiane, we put tinsel on the frame and attached an home-made Christmas tree to the flag post. That prompted a few “Merry Christmas !” from the kids as we rode along. Approaching Vientiane, we saw white lines on the roads for the first time in Laos and even got to have a few kilometers of dedicated cycle lane!

Vientiane is the capital of Laos not of tourism… very modern, with an extended industrial suburb, a lot of new buildings under construction with large signs stating “Vientiane, the new miracle in new Asia” aimed at investors, and multiple cramped local markets with ant-like activity. A “core” of 2 by 2 streets contains most of the guesthouses and westerner-friendly restaurants and the city offers very few touristy activities besides the famous stupa That Luang, the Patuxai – victory arch – and a couple of nice temples.
That Luang despite having been destroyed and rebuilt several times holds a very symbolic sacred importance for Laos – it’s the emblem of the city of Vientiane and appears on all the money. The Patuxai is built similarly to the Arc du Triomphe in Paris with a distinctly Asian style especially on the bas-reliefs. We climbed up to the top and enjoyed the view over the city.

DSCN1337sm DSCN1531sm

We also visited the National Museum which we really liked. It had dinosaur fossils, prehistoric tools, a lot about the archeological research in the country, and details about the many different ethnic groups in Laos. The second part of the museum is dedicated to more resent history such as the emergence of communism and the “Vietnam War” leaking into Laos with the Americans very heavy bombardments making Laos the most bombed country per capita in history- some regions are still coping with the unexploded bombs. Very interesting insight for ignorant people like us! To finish, several rooms are dedicated to the communist party worship, displaying portraits of the leaders, detailing the accomplishments, etc. Also an interesting insight into the country’s mentality.

Among the temples Vat Sisaket, home of 3000 Buddhas, stands out as the one that remains “original”, unique in having survived the many sacks of the city by Siamese and other invaders.

DSCN1387sm

Every night a market takes place along the Mekong on a lovely park, the main road which runs besides the banks of the river is closed to traffic allowing bikes and pedestrians to stroll around – rather like Memorial Drive in Cambridge on a Sunday. The whole area has a gravitational pull on the locals who also organize group fitness with the entertaining loud music that goes with it.

But the main reason why we stayed in Vientiane about a week is to obtain our visas for Vietnam from the embassy. We arrived on a Friday night so had to wait till Monday to be able to do anything. To avoid bad surprises we went through an agency that offers the service (like dozens of others in the city) and guarantees the procedure to go smooth and within 48h – very good turnaround time for the 3 month visas we required. We also extended our Laos visas to give ourselves more time to see Vang Vieng and Luang Prabang.

To celebrate Christmas Eve we tried to go for a French traditional menu but the prices were raised up for the occasion so we had the usual fried rice with chicken and vegetables. Christmas Day dawned bright and warm – 34*C – and after opening our presents we went on a nice bike ride along the Mekong.

To prepare for our big return on the roads we treated the bike to a nice warm Christmas shower… in our bathroom.

DSCN1630sm DSCN1638sm

Vang Vieng

An easy 160 km two day journey was supposed to get us to Vang Vieng. However, somehow, after 170km, there were still 60 km of hills to cover, and very little daylight left. We faced reality and decided to hop on a bus to complete the journey. The determination of a mini-van driver made it possible – he successfully squeezed our super long tandem in the aisle of his 12 seater, squeezing other occupants to make the room necessary.

DSCN1659sm
We had heard “scary” stories about Vang Vieng, warning us about an excessive party and drug scene but on arrival we were pleasantly surprised. The place is still very lively but has cleaned itself up over the past few years, mostly because of the recurrent accidents involving intoxicated tourists. We met some lovely people, including Mr M from Thailand touring on his motorbike who loved our tandem and posed with us for a picture.
MinVangVieng-2

Vang Vieng is all about the outdoors and the amazing natural surroundings. We took our bike on very rocky roads to a promising “Blue lagoon” and another “Elephant cave” and had our first puncture in over 2000 miles (3200 km). Relaxing by the Blue lagoon Badger experienced the perfect recovery drink / snack combo : the coconut! – not only a delicious electrolyte drink but also a seemingly endless supply of coconut flesh. We also went on an organized tour to experience some exhilarating ziplining on the steep cliffs over the bamboo forest and fun tubing on an underground river through a cave. Enjoyed it very much!

DSCN1709sm DSCN1743sm DSCN1757sm DSCN1788sm DCIM100GOPRO

Are you sitting comfortably?
Finally, for those who had been following the issues that Badger has being having with his seat – here is an update.

Thaekek, the town along Route 13 in Laos, is an area that is pretty flat. Around there – instead of the usual standard bikes, we saw lots of quite cool bikes, lots of fixie bikes, and amazingly we found a bike shop that was selling spares as well. Rummaging in the one box of saddles, like a kid in the candy store, he managed to find a wide saddle,  – described by Frog as “the largest saddle I have ever seen” – with springs, and a cut out down the middle. It has now been ridden for more than 500 miles, and I can say it, is the finest $6 dollars I have ever spent, and I would be happy spending that every day if necessary! We also experimented with the old saddle – cutting it down to create a super ergonomic saddle – digging out the form at the “nose” and down the middle! I experimented riding this for about 100 miles, and surprisingly, it was rather good! However, space was constrained with our few bags, so it got left behind in Vang Vieng!

DSCN1631sm

Noël à Vientiane

Nous avons réalisé que c’était déjà le 20 Décembre et nous n’étions pas encore dans l’ambiance de Noël! La chaleur, l’absence de chants de Noël dans les magasins, l’indifférence générale dans cette culture non-chrétiennes… Donc, pour le trajet jusqu’à Vientiane, nous avons installé girlande et sapin de noël sur le vélo!. Cela a sucité quelques “Joyeux Noël!” de la part des enfants sur notre chemin. En approchant Vientiane, nous avons vu des lignes blanches sur les routes pour la première fois au Laos et même bénéficié de quelques kilomètres de piste cyclable !

Vientiane est la capitale du Laos, pas du tourisme … très moderne, avec une banlieue industrielle étendue, beaucoup de nouveaux bâtiments en cours de construction avec de grandes pancartes portant la mention “Vientiane, le nouveau miracle dans la nouvelle Asie» destinées aux investisseurs, et des marchés locaux fourmillant d’activité. Un «noyau» de 2 rues contient la plupart des maisons d’hôtes et restaurants pour touristes et la ville offre très peu d’activités touristiques outre la célèbre stupa That Luang, le Patuxai – arc de triomphe – et une paire de jolis temples.

That Luang, bien que détruit puis reconstruit à plusieurs reprises revêt une importance très symbolique sacrée pour le Laos – c’est d’ailleurs l’emblème de la ville de Vientiane et elle apparaît sur tout les billets. Le Patuxai ressemble à l’Arc de Triomphe à Paris mais avec un style asiatique en particulier sur les bas-reliefs. Nous avons grimpé au sommet et apprécié la vue sur la ville.

Nous avons également visité le Musée national qui nous a beaucoup plu. Il avait des fossiles de dinosaures, des outils préhistoriques, beaucoup de choses sur les recherches archéologiques dans le pays, et des détails sur les différents groupes ethniques du Laos. La deuxième partie du musée est consacrée à l’histoire plus de ressente tel que l’émergence du communisme et l’empiètement de la “guerre du Vietnam” sur le Laos avec de très lourds bombardements Américains faisant du Laos le pays le plus bombardé par habitant (0,8 tonne de bombe/habitant)- certaines régions font encore face au problème des bombes non explosées. Aperçu très intéressant pour des ignorants comme nous! Pour finir, plusieurs salles sont consacrées au culte du parti communiste : portraits des dirigeants passés et présents, accomplissement dans le développement du pays, etc. Également un aperçu intéressant de la mentalité du pays.

Parmi les temples, Vat Sisaket, la maison de 3000 bouddhas, s’impose comme celui qui reste “d’origine”, ayant survécu aux nombreux sacs de la ville par les siamois et autres envahisseurs.

Chaque soir, un marché s’instale le long du Mékong, la voie sur berge est fermée à la circulation permettant aux piétons et cyclistes de se promener – un peu comme Memorial Drive à Cambridge le dimanche ;). Les locaux organisent également des sessions de gym collectives avec la musique qui va avec.

Mais la principale raison pour laquelle nous sommes restés à Vientiane environ une semaine est pour obtenir nos visas pour le Vietnam à l’ambassade. Nous sommes arrivés un vendredi soir et il fallait attendre jusqu’à lundi pour être en mesure de faire quoi que ce soit. Pour éviter les mauvaises surprises, nous sommes passés par une agence qui offre le service (comme des dizaines d’autres dans la ville) et garantit une procédure sans problèmes et dans les 48h – très bon délai pour les visas de trois mois dont nous avions besoin. Nous avons également étendu nos visas Laos pour nous donner plus de temps pour voir Vang Vieng et Luang Prabang.

Pour célébrer le réveillon de Noël, nous avons essayé d’opter pour un menu traditionnel français, mais les prix avaient été augmentées pour l’occasion et nous nous sommes rabatusur le riz sauté au poulet et légumes habituel. Le jour de Noël se leva lumineux et chaleureux – 34 * C – et après le déballage de nos cadeaux, nous sommes allés faire une belle balade à vélo le long du Mékong.

Pour préparer notre grand retour sur les routes nous avons offert au vélo une bonne douche chaude de Noël … dans notre salle de bains.

Vang Vieng

Un trajet facile de 160 km sur 2 jours était censé nous amener à Vang Vieng. Pourtant, va savoir, après 170 kilomètres, il y avait encore 60 kilomètres de collines à couvrir, et trop peu de temps (la nuit tombe a 18h). Nous avons fait face à la réalité et avons décidé de sauter dans un bus pour terminer le voyage. La détermination d’un chauffeur de mini-van l’a rendu possible – sous nos yeux incrédules, il réussi à rentrer notre long tandem dans l’allée de son 12 places, serrant d’autres occupants pour faire la place nécessaire.

Nous avions entendu des histoires “effrayantes” à propos de VangVieng, nous avertissant des fêtes excessive et de l’omniprésence de drogues, mais à l’arrivée, nous avons été agréablement surpris. L’endroit est toujours très animé mais a été “nettoyé” au cours des dernières années, principalement en raison des accidents récurrents impliquant des touristes intoxiqués. Nous avons rencontré des gens charmants, y compris Mr. M de Thaïlande qui voyage en moto et qui a aimé notre tandem et a posé avec nous pour une photo.

A Vang Vieng tout tourne autour de la nature luxuriante du coin. Nous avons pris notre tandem sur les routes rocailleuses vers un prometteur “Blue Lagoon” et une autre “Elephant Cave» et eu notre première crevaison en plus de 3200 km. Lors d’un instant détente au bord de la lagune bleue, Badger a découvert la parfaite combinaison boisson / collation : la noix de coco! – Non seulement une délicieuse boisson avec électrolytes mais aussi une source inépuisable de chair de coco. Nous avons également testé l’excitante tyrolienne dans la forêt de bambou sur les falaises abruptes et l’amusante traversée d’une grotte en flottant à l’aide d’une chambre à air le long de la rivière souterraine.
Bref, on a adoré !

Posted in Uncategorized | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments

Middle Earth of Laos – caves, waterfalls, whiskey!

Cave exploration

Thakaek is a lovely town nestling on the banks of the Mekong. Just east of the city lies a region where enormous cliffs as high as mountains jut out of the flat plains,covered with trees clinging on for dear life to the bare rock creating some of the most beautiful scenery we have seen. The area is full of caves which are distributed all along Route 12, so we spent several days exploring here on our bike.

DSCN1185sm

Two caves really stand out. The first is Tham Xang – the elephant cave. There is a great backstory here:

Once upon a time, the cave had a stalactite formation shaped like a monster, according to local beliefs, and the villagers used to fear it. Many years ago, there was a time when most of the village became ill and they blamed this monster for causing their illness. They decided to get rid of the monster by blasting it with dynamite. When the dust settled, they saw that the stalactite now resembled an elephant. Everyone got better and now the cave and the elephant is revered by the locals.

DSCN1103sm DSCN1148sm

The second – Tham Nang Aen – is an extensive cave system with an underground river that runs from one side to the other, over 7 km in length. The cave has been modeled with concreted stairs to welcome tourists, however the lighting although installed no longer works, so we scrabbled in the darkness with our torches in the extremely high and deep caves, feeling like we were exploring the Mines of Moria from Lord of the Rings.

DSCN1188sm

Waterfalls and bamboo handicrafts

Heading ever northwards along Route 13 we stopped for a couple of days in Thaebok, a base camp for us to visit Ba Na village and some waterfalls for which the area is famous.

Ba Na village is renowned for bamboo weaving of small lidded baskets that the Lao use for storage and serving of sticky rice. Riding through the village, you can see each family at work, creating their own variant of the baskets – some multi-coloured, others slightly different shapes – all intricate and beautiful.

The village is also famous for a herd of about 40 elephants, attracted by a natural salt lick (listed on the map as Salt Lick City!!). At the end of the village is an elephant observation tower – we explored this but the locals told us that no elephants were around at this time.

DSCN1265sm DSCN1449sm

We then explored the waterfalls. The first was Tat Xai – 7 stepped levels create a maelstrom of pounding water, the second was Pha Xai – relatively dry at this time of year, allowing us to walk/climb right to the very edge of the 40 m drop below. There was evidence of some large predators in the area as we found the fresh remains of two large snakes in a small cave. People usually take a two day trek to get to this waterfall, but with our bike we decided to ride to it. Of course, waterfalls tend to be on top of high cliffs and we climbed crazy hills of up to 20% gradient along collapsing dirt roads and had to push the bike several times. This was tough riding for what was supposed to be a rest day!

DSCN1314sm DSCN1299sm

One evening, we ate at the local restaurant in Thaebok. Several locals were at the table next to us, and found it hilarious that we were such fans of Beer Lao – they treated us to some, and we found out when we left, that they had also paid for our meal for us. Lovely people!

Local liquor

This remote area was also an occasion for us to discover the local drink of choice (apart from Beer Lao) – Lao Lao – a whiskey made from rice, that each house seems to produce, and sell in repurposed water bottles, for a few pennies for half a litre.

Lao lao can be found in several forms. Typically it is a clear liquid, looking like vodka, but the taste varies enormously – sometimes it seems to be pure ethanol and sometimes it has a nice saki-type rice flavour.

Locals also like to flavour it with some types of wood giving it a deep red colour and a more tannined taste – Lai Lao. This is excellent. One time when we bought this from a local store – the owner practically fell over laughing at the sight of two foreigners (falang) choosing this particular beverage.

Another time, trying to rescue a poor batch of Lao Lao we had purchased, we created our own version with some Lao green tea leaves in it. Interesting!

To be able to enjoy it properly, and getting native – we also fashioned our own Lao Lao shot glasses from bamboo – useful, successful, and still going strong a month later!

As the Lao say “chok di” or cheers!!

DSCN1325sm

Frenchies! :
Spéléologie
Thakeak est une charmante ville blotie au bord du Mékong. Juste à l’est de la ville se trouve une région où d’énormes falaises karstiques se dressent au milieu de la plaine, couvertes d’arbres s’accrochant à la roche nue créant un des plus beaux paysages que nous ayons vu. La zone est criblée de grottes qui sont distribués tout au long de la route 12.

Deux grottes se démarquent vraiment. La première est Tham Xang – la grotte de l’éléphant. Elle a une super histoire : Il était une fois, une grotte qui avait une stalactite en forme de monstre que les villageois craignaient. Un jour, la plupart du village tomba malade et ils accusèrent ce monstre d’avoir provoqué leur maladie. Ils décidèrent de se débarrasser de lui en le dynamitant. Lorsque la poussière fut retombée, ils virent que la stalactite ressemblait maintenant à un éléphant. Tout le monde se senti mieux et maintenant la grotte et l’éléphant sont vénérés par les habitants.
La seconde – Tham Nang Aen – est très vaste avec une rivière souterraine qui s’étend d’un côté à l’autre sur plus de 7 km de long. La grotte a été équipée avec des escaliers bétonnés pour accueillir les touristes, mais l’éclairage bien que installé ne fonctionne plus, donc nous avons progressé dans l’obscurité avec nos torches dans des salles extrêmement élevées et profondes, en pensant que nous étions là pour visiter les Mines de la Moria du Seigneur des Anneaux!

Cascades et artisanat du bambou
Poussant toujours vers le nord le long de la route 13 nous nous sommes arrêtés pour un quelques jours à Thaebok, notre camp de base pour visiter Ba Na village et quelques cascades pour lesquelles la région est célèbre.
Ba Na village est réputé pour le tressage du bambou afin de réaliser de petits paniers à couvercle que les Lao utiliser pour stocker et servir le riz gluant. En traversant le village, vous pouvez voir chaque famille au travail, créant de leur propre variante des paniers – certains multicolores, d’autres formes légèrement différentes – tous complexes et très jolis.
Le village est également célèbre pour un troupeau d’environ 40 éléphants, attiré par un bloc de sel naturel qu’ils viennent lécher (figurant sur la carte comme Salt Lick City !!) mais les gens du coin nous ont dit que les éléphants n’étaientpas là à cette saison.

Nous avons ensuite exploré les chutes d’eau. La première était Tat Xai – 7 niveaux en escalier créent un magnifique bassin , la deuxième était Pha Xai – relativement sec à cette époque de l’année, nous permettant de marcher / escalader jusqu’au bord de la chute de 40 m. Il y avait des preuves de certains prédateurs dans la région car nous avons trouvé les restes frais de deux grands serpents dans une petite grotte. Les gens font généralement un trek de deux jours pour se rendre à ces chutes, mais nous avons décidé d’y monter en vélo. Bien sûr, les chutes d’eau ont tendance à être au sommet de hautes falaises et nous avons grimpé des collines de fous, jusqu’à 20% de dénivelé le long des chemins de terre  et avons due pousser le vélo à plusieurs reprises. C’était dur pour ce qui était censé être un jour de repos!
Un soir, nous avons mangé au restaurant local à Thaebok. Plusieurs locaux étaient atablés à côté de nous, et ont trouvé hilarant que nous soyons amatieurs de  BeerLao – ils nous ont offert une tournée, et nous avons découvert quand nous sommes partis, qu’ils avaient également payé pour notre repas. Des gens adorables!

Liqueur locale
Cette région éloignée était aussi une occasion pour nous de découvrir la boisson locale (en dehors de la BeerLao) – le Lao Lao – un whisky à base de riz, que chaque foyer semble produire et vendre dans des bouteilles d’eau réutilisés, pour quelques centimes pour un demi-litre.
Le Lao Lao se trouve sous plusieurs formes. Typiquement, c’est un liquide clair, ressemblant à la vodka, mais le goût varie énormément – parfois on dirai de l’éthanol pur et parfois il a une saveur agréable de riz comme le saké.
Les locaux aiment aussi le parfumer avec certains types de bois qui lui donne une couleur rouge foncée et plus de tanins – et l’appellent alors Lai Lao. C’est excellent. Une fois nous en avons acheté à un étal local – le propriétaire s’etouffa pratiquement de rire à la vue de deux étrangers (falang) choisissant cette boisson particulière.
Une autre fois, en essayant de sauver un mauvais lot de Lao Lao que nous avions acheté, nous avons créé notre propre version en y ajoutant quelques feuilles de thé vert Lao. Intéressant!
Pour être en mesure d’en profiter correctement, et nous sentir natif – nous avons fabriqué nos propres vers à shots à partir de bambou – un succès et encore utiles un mois plus tard!
Comme disent les Lao “Chok di” ou santé !

Posted in Uncategorized | Tagged , , , , , , , , , , , , | 6 Comments

First impressions of Laos – Southern and Central Regions

Les Francophones rendez-vous en fin de texte !

DSCN0573sm

Bye Bye Thailand

DSCN1054sm

Kids loving the tandem

We made it out of Thailand just in the nick of time – on the day that our visas ran out! Crossing into Laos at Vang Tao we started to notice the differences immediately – firstly, we couldn’t find the immigration office and could have simply ridden into Laos without any hindrance! When we had our visas and were on the roads, we continued to observe the differences – Laos seemed to be like Thailand, but a little more wild west! – more rural, more poor, more oxen and water buffalo randomly walking on the roads, more goats on the roads, no more demarcated cycle path, not even a line down the centre of the road – however, the roads were fairly solid, and the people continued to smile and wave at our comedy tandem passing by. Particularly when we go through villages, children run from back yards and other unseem places, to scream “sa bai diii” or “hello” or “bye” or (strangely) “thank you” at us. Maybe it’s because we appear like a cartoon character – the bike is green, bright yellow bags at the front, bright orange bags at the rear, purple bags on top, both of us wearing tight green and red lycra outfits which have never been seen before by most of these people, talking weird gibberish, and a bright orange flag finishing off the Looney Tunes tableau.

Meanwhile, bringing us back to earth, the pressure was starting to tell on JJ’s rear end. One time, riding along, he suddenly braked hard, ran down the road, and retrieved a dirty discarded flip flop at the side of the road, and put it on the saddle – temporarily easing some of the pain! More about that here:

http://jjdoel.blogspot.com/2014/11/the-art-of-finding-comfortable-saddle.html

DSCN0666sm

Flip flop as bike saddle

After a couple of days in Pakse, we decided to take the bus down to the four thousand islands area, southernmost of Laos, on the border with Cambodia. For this we had to take the “local bus” as opposed to the “tourist bus” since the tourist bus would not accept our tandem due to it’s size. Instead, we had to witness the fear of the bus driver and those in cahoots with him, throwing it up on the roof of the tiny “bus” and  tying it down loosely with a net. The bus was jam-packed – Lydie had to sit on a box of produce the entire 4 hour trip, whilst I literally hung out the back of the bus, clinging on for dear life. The youtube video below captures some of our fear/fun of all this! (may not appear on some mobile browsers try http://www.youtube.com/watch?v=s4ZLLeADdqE)

Around this time Lydie became a millionaire! Sadly it was only in Lao Kip (120 USD)!! And we celebrated with the national drink – BeerLao – made in the Czech pilsner style  but with rice malt – very good beer indeed.

DSCN0737sm

Millionaire ! in LAK…

Beer Lao

Lovely BeerLao

 

Arriving in 4000 islands (incidentally, to the same place where Sue Perkins just visited in her BBC TV show The Mekong episode 3) – we took the bike on a tiny boat to Don Det and set about some heavy duty relaxing in hammocks for a few days – only disturbed by a kayaking trip to see the largest waterfalls in southeast Asia, and to see the famous irrawaddy dolphins of the Mekong – only 100 of them are still surviving.

DSCN0838sm

Sunrise over the Mekong- Don Det

DSCN0910sm

Tandem crossing the Mekong

 
After this respite, we again hit the roads and have been heading north on route 13 for the 900 km journey to the capital of Laos – Vientiane. Stopping in Champasak we visited the ruins of the temple Wat Phu from the Khmer era and also saw some of the traditional shadow puppetry with Laotian music.

The roads have been flat, but the area is not well developed. Twice we have arrived after night, eagerly awaiting the next guesthouse or hotel to appear on the road, meanwhile plotting potential roadside camping spots. Arriving at night is both a blessing and a curse – we have the fear that we will not find somewhere to stay, but at the same time, it is delightful riding in the cool evening after being slowly roasted in the sun all day.

We have been without internet for more than a week but have now arrived at Thakek – where we intend to spend a few days, visiting some of the amazing caves and cliffs of the region.

DSCN1182sm

Caves and Karst cliffs, here we come!

 

version francophone :

Nous avons quité la Thaïlande dans les temps – le jour où nos visas experaient! Dès l’entrée au Laos à Vang Tao nous avons commencé à remarquer les différences -difficile de repérer le bureau de l’immigration et nous aurions pu entrer au Laos sans aucune entrave! Quand nous avons eu nos visas et étions sur les routes, le Laos nous a rapellé la Thaïlande, mais un peu version far west! – Plus rural, plus pauvre, plus de bœufs, buffles et chèvres marchant au hasard sur les routes, piste cyclable disparue, pas même une ligne au centre de la route – cependant, les routes sont assez bonnes, et les gens ont continué à sourire et saluer le passage de notre tandem comique. Dans les villages, les enfants accourent des jardins et crient “sa bai diii” ou “hello” ou “bye” ou (bizarement) “thank you”. Peut-être que c’est parce que nous avons l’air sortis  d’un dessin animé – le vélo est vert, sacs jaune vif à l’avant, orange vif à l’arrière, sac violet sur le dessus, nous portons nos tenues de lycra moulant vertes et rouges et nous parlons un charabia bizarre, un peu comme des télétubies quoi !

Pendant ce temps, la gravité commençait à se faire sentir sur l’extrémité arrière de JJ. Un jour, il a pilé, a remonté la route en courant, et récupéré une vieille tong jetée sur le côté de la route, et l’a placée sur sa selle – soulageant temporairement la douleur! Plus à ce sujet ici:

http://jjdoel.blogspot.com/2014/11/the-art-of-finding-comfortable-saddle.html

Après quelques jours à Pakse, nous avons décidé de prendre le bus jusqu’aux quatre milles îles, sur le Mékong, au sud du Laos, à la frontière avec le Cambodge. Pour cela, nous avons dû prendre le “bus local” par opposition au “bus touristique” qui  refusait notre tandem. Le chauffeur de bus et ses acolytes, l’ont envoyé sur le toit du bus minuscule et l’ont attaché vaguement avec un filet. Le bus était plein à craquer – Lydie a passé les 4h de trajet assise sur une boite, tandis que JJ se cramponait debout à l’arrière . La vidéo ci-dessous témoigne de notre peur / amusement !

A cette pérode Lydie est devenu un millionnaire! Malheureusement ce ne est qu’en Kip du Laos (120 USD) !! Et nous avons célébré avec la boisson nationale – BeerLao – fait dans le style de pilsner tchèque, mais avec du malt de riz – très bonne bière.

Arrivé en 4000 îles (à Don Det) nous nous sommes harimés à des hammacs et avont récupéré pendant quelques-uns jours – seulement perturbés par une excursion en kayak pour voir les plus grandes chutes d’eau en Asie du Sud et les célèbres dauphins de l’Irrawaddy – seulement 100 d’entre eux subsistent.

Après ce répit, nous avons de nouveau pris la route et nous dirigeons vers le nord sur la route 13 pour un voyage de 900 km jusqu’à la capitale du Laos – Vientiane. Lors d’une halte à Champasak nous avons visité les ruines du temple Wat Phu de l’époque khmère et aussi vu un spectacle de théâtre d’ombres avec la musique laotienne traditionelle. Très beau et authentique !

Les routes sont faciles, mais la zone n’est pas très développée. Deux fois nous sommes arrivés après la nuit tombée, attendant avec impatience qu’une maison d’hôtes ou un hôtel apparaisse sur la route, envisageant de camper sur le bord de la route. Rouler de nuit est à la fois une bénédiction et une malédiction – nous avons la crainte de ne pas trouver un endroit pour passer la nuit, mais en même temps, la fraîcheur du soir est douce après avoir été rôtis lentement au le soleil toute la journée.

Nous avons été sans Internet pendant plus d’une semaine, mais sommes maintenant arrivés à Thakek – où nous avons l’intention de passer quelques jours pour visiter quelques-unes des étonnantes grottes et falaises karstiques de la région…

Posted in Uncategorized | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment

Route 12 to the far east – Phitsanulok to Khon Kaen, Thailand, and beyond

Heading East
Leaving Phitsanulok, heading east toward Laos, only one road was laying in front of us. Route 12. Going through forests, national parks and hills (lots !!!), this road would be our nemesis for the next couple of weeks. Fighting against time to get out of Thailand before our visas expire we have no choice but keep the pace high. The first leg was hard and long, through a national forest without the usual road side rest stops we were used to. We were tired, hungry, thirsty and still had to tackle the hills, climbing above 1000 meters. With the night falling we were even considering wild camping… but fortunately, like a veritable oasis in the desert, the oddest place raised up out of nowhere in the middle of Route 12, designed as a reference to Route 66 and the American far west. Here, a well named motel “on your way to somewhere” hosted us for the night – but by the time we had our showers, all the restaurants were closed and we had to resort to eating our emergency food: dry instant noodles prepared with the cold water from our water bottles. We went to bed hungry and thirsty that night.

DSCN0401sm
Nonetheless, we had to ride hard again the next day. After a brief respite of glorious downhill we again spent most of the day climbing steep hills deep into the Nam Nao National Park, braving the forest where the elephants run wild.

DSCN0413 DSCN0420

Nam Nao National Park
Again, after dark and past exhaustion point, we reached the destination for the night – which provided food and beer, hallelujah! The campsite of the national park was supposed to be just a layover but we decided to stay for two nights – to rest and enjoy the nature. We were charmed by the warm welcome of the local Thai people, and especially by Mr Wik, a nature lover from Bangkok with whom we shared meals and nice conversations and who offered us to stay at his house later in our trip.
The next day, Wik took us on a hike and shared with us his knowledge of animals tracking (some fresh elephant trails were spotted!) and we got close to “dangerous” local fauna: flesh eating wasps, poisonous spiders and giant centipedes!


YouTube video of an enormous red centipede – this may not appear on mobile browsers.

The next day we were recommend to camp at another national park, “unfortunately”, we missed the signposts and ended up in a small town called Chum Phae, found a hotel, and were very happy to not have to camp for a third night in succession!

DSCN0421sm DSCN0427sm

Khon Kaen
And now we have arrived in Khon Kaen – again following route 12 to the east. This is the 4th largest town in Thailand, and has a vibrant feel, alive and active, thankfully with hardly any tourists! We have found our cheapest accommodation to date (230 Baht!) and also stumbled across an amazing Chinese dragon festival and celebration where we watched dancing and fireworks and martial arts demonstrations!


YouTube video of the celebrations in Khon Kaen – this may not appear on mobile browsers.

Tomorrow we set out again on Route 12, hurrying to Laos, before our visas expire – thankfully now the landscape is flatter and should favour easier shorter cycling.

Version francaise – merci google translate!

Cap à l’Est

Laissant Phitsanulok, en direction est vers le Laos, une seule route était couché devant nous. Route 12. En passant par les forêts, les parcs nationaux et les collines (beaucoup !!!), cette route serait notre ennemi pour les deux prochaines semaines. Lutter contre le temps de sortir de la Thaïlande avant nos visas expirent nous ne avons pas d’autre choix que garder le rythme élevé. La première étape était difficile et long, à travers une forêt nationale sans l’habitude de repos en bord de route se arrête nous étions habitués à. Nous étions fatigués, affamés, assoiffés et avait encore à se attaquer aux collines, de l’escalade au-dessus de 1000 mètres. Avec la nuit tombante nous étions même en considérant le camping sauvage … mais heureusement, comme une véritable oasis dans le désert, lieu étrange soulevé de nulle part au milieu de la route 12, conçu comme une référence à la Route 66 et l’American loin ouest. Ici, un motel bien nommé “sur votre chemin à un” nous a accueillis pour la nuit – mais le temps que nous avions nos douches, tous les restaurants étaient fermés et nous avons dû recourir à manger notre nourriture d’urgence: nouilles instantanées secs préparés avec le de l’eau froide à partir de nos bouteilles d’eau. Nous sommes allés au lit affamé et assoiffé cette nuit.

Néanmoins, nous avons dû rouler dur à nouveau le lendemain. Après un bref répit de la glorieuse descente nous avons de nouveau passé la plupart de la journée pentes ascendantes profondément dans le parc national de Nam Nao, bravant la forêt où les éléphants à l’état sauvage.

Parc national de Nam Nao
Encore une fois, après le point d’épuisement sombre et passé, nous avons atteint la destination pour la nuit – qui fourni de la nourriture et de la bière, alléluia! Le camping du parc national était censé être juste une escale mais nous avons décidé de rester pour deux nuits – pour se reposer et profiter de la nature. Nous avons été charmés par l’accueil chaleureux du peuple thaïlandais locaux, et en particulier par M. Wik, un amant de la nature de Bangkok avec qui nous avons partagé les repas et conversations agréables, et qui nous a offert de rester chez lui tard dans notre voyage.
Le lendemain, Wik nous a fait une randonnée et a partagé avec nous sa connaissance des animaux de suivi (quelques pistes fraîches d’éléphants ont été repérés!) Et nous avons obtenu près de la faune locales “dangereux”: chair manger guêpes, araignées venimeuses et des mille-pattes géants!

Le lendemain, nous étions recommander au camp à un autre parc national, «malheureusement», nous avons manqué les panneaux et retrouvés dans une petite ville appelée Chum Phae, trouvé un hôtel, et nous étions très heureux de ne pas avoir au camp pour une troisième nuit dans succession!

Khon Kaen
Et maintenant nous sommes arrivés à Khon Kaen – nouveau suivant la route 12 à l’est. Ce est la 4ème plus grande ville de Thaïlande, et a une sensation dynamique, vivante et active, heureusement sans guère de touristes! Nous avons trouvé notre logement le moins cher à ce jour (230 bahts!) Et aussi trébuché à travers un festival de dragon chinois étonnant et de célébration où nous avons regardé la danse et feux d’artifice et de démonstrations d’arts martiaux!

Demain nous repartons sur la route 12, se dépêchant au Laos, avant nos visas expirent – heureusement aujourd’hui le paysage est plat et devraient favoriser le vélo plus facile plus courte.

Posted in Uncategorized | Tagged , , , , , , , , | 1 Comment